1000 idées pour la Corse

1000 idées pour la Corse et pour le monde

Archive for novembre 2009

Idée n°17 : soigner notre tourista

with 5 comments

Dans Athéna Pensive, chroniques d’économie Corse, l’économiste Jacques Orsoni consacre un chapitre au tourisme. Le tourisme, nous connaissons tous : c’est le secteur économique le plus marquant pour la Corse et pour les Corses. Deux mois par an, pour que les touristes nous apportent de quoi vivre le reste de l’année, nous acceptons de sacrifier à peu près tout ce qui fait le bonheur de vivre en Corse. Nous l’acceptons tous, car, nous le savons bien, le tourisme est le poumon de l’économie Corse.

Un poumon pourtant quelque peu phtisique, si on en croit Jacques Orsoni : « Sur 22 000 entreprises, toutes activités confondues, présentes en Corse, les établissements touristiques ne représentent que 7% du nombre total.[…]occupent, en moyenne, un effectif salarié deux fois moindre que les autres firmes corses[…]une entreprise sur cinq n’est ouverte qu’en été. » Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Written by fabien

5 novembre 2009 at 13:29

Idée n°16 : tisser notre toile

with 2 comments

Il y a quelques années, de retour d’une tentative d’émigration en Angleterre, je revenais en France sans véritable projet. Je venais durant quelques temps d’apporter ma contribution à la cause de l’agriculture biologique (en clair, j’avais passé 3 semaines à me faire exploiter dans un jardin), et j’avais trouvé ça plutôt intéressant (mettre les mains dans la terre, pas de me faire exploiter). J’avais eu la bonne idée de conserver mon appartement à Paris (j’ai eu une période parisienne), je me retrouvais donc dans la capitale avec pour idée de faire quelque chose en lien avec l’agriculture.

L’idée était un peu suicidaire, on en conviendra : agir dans l’agriculture à Paris, c’est déjà un peu bizarre, comme idée. Si on ajoute à ça que je ne connaissais alors absolument rien ni personne dans ce domaine, qu’une bizarre tendinite m’empêchait quasiment de marcher depuis des mois et que ma santé générale n’était pas très solide, la mission était improbable.

Pourtant, à peine un an plus tard, je me retrouvais membre fondateur d’une association dynamique, comptant deux salariés et une trentaine de d’adhérents, gérant des budgets européens, expérimentant de nouvelles formes de fonctionnement et croulant sous les idées et les projets. J’étais en relation avec des dizaines d’humains passionnants, et j’avais une connaissance assez fine de domaines dont j’ignorais jusqu’à l’existence au début de cette histoire.

Ceci n’aurait pas été un seul instant possible sans l’existence d’internet.
Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

2 novembre 2009 at 19:36