1000 idées pour la Corse

1000 idées pour la Corse et pour le monde

Idée n°34 : polémiquer comme des bêtes

with 11 comments

Les lecteurs assidus de ce blog le savent : à peu près rien de ce que je raconte ici n’a réellement germé dans mon cerveau : j’ai tout piqué. Toutes les idées du blog proviennent de longues années de récolte patiente à de nombreuses sources d’information. S’il y a quelque originalité dans mes propos, ce que j’espère, elle n’est pas non plus seulement de mon fait : la plupart des convictions qui sont les miennes aujourd’hui se sont construites patiemment, au cours d’échanges avec d’autres personnes, dans la vie réelle et, depuis une dizaine d’années, sur des forums de discussion.

On perd beaucoup de temps sur ces forums, et parfois son sang-froid. Les polémiques y sont parfois virulentes, et il faut du temps pour apprendre à relativiser les disputes qui s’y produisent. Les discussions ne dépassent pas toujours l’horizon du comptoir. Mais il apparaît finalement que ces longues heures passées à discuter n’ont pas été perdues. Bilan globalement positif, aurait dit l’autre.

Une somme phénoménale d’informations transite par les forums. Quasiment aucune information d’actualité n’échappe à une communauté de forumeurs suffisamment active. Et il se trouve presque toujours quelqu’un pour maîtriser correctement un sujet que l’on a besoin d’approfondir. Il y a quelques années, quand j’ai travaillé quelques temps dans le monde d’internet, les professionnels de l’information reconnaissaient déjà que l’internet « informel », auquel appartiennent les forums, étaient parfois une meilleure source d’information que les médias traditionnels.

Au-delà de l’information, les forums sont de bons espaces d’organisation. L’association Le Sens de l’Humus s’est créée grâce à des forums de discussion. A l’inverse, de nombreuses initiatives utilisent un forum pour structurer leurs membres éloignés géographiquement. Dans tout le fouillis des discussions d’un forum, il y a beaucoup de déchet, mais de tout ce bruit émergent presque toujours des choses valables. Et surtout, les forums sont un formidable espace de démocratie.

Je l’ai déjà dit, je pense que pour la Corse, la présence d’un forum de discussion solide dédié à nos problématiques serait d’un apport considérable.

Il faudrait que ce forum soit suffisamment visible et connu pour rassembler l’ensemble de ceux qui ont quelque chose à dire à propos de la Corse. Et je suis persuadé qu’ils sont nombreux. Qu’il puisse relayer les initiatives menées par les acteurs locaux. Et que chacun puisse, dans le respect de la légalité, exprimer son opinion de manière anonyme s’il le désire.

Il faudrait que ce forum soit bilingue, parce qu’il faut que la langue Corse puisse y avoir sa place, mais aussi que ceux qui ont du mal à s’exprimer dans cette langue puissent participer aux discussions. Il existe actuellement quelques forums en langue Corse exclusivement, ils sont malheureusement de ce fait fermés à la majorité de la population.

Je pense que certains jeunes partis politiques ou associations, qui ont l’ambition de se structurer autour de méthodes démocratiques, auraient tout à gagner à ajouter un forum à leur site internet. Ils y gagneront un espace de débat, rendront leur site vraiment vivant, et, s’ils parviennent à conserver la liberté des débats, prouveront que pour eux « démocratie » n’est pas qu’un mot en l’air. Ce n’est pas sans risque, mais justement, celui qui y parviendrait démontrerait sa capacité à canaliser les énergies sans les stériliser.

Mais il est aussi possible de créer un tel forum hors de toute structure. Il en existait un il y a quelques années, il a mystérieusement disparu.

Je ne peux pas le créer tout seul, sinon ce serait déjà fait. Un forum de discussion sérieux nécessite une équipe d’une demi-douzaine de personnes dont une au moins possède un niveau en informatique supérieur au mien. Mais je participerais volontiers à une telle initiative, comme modérateur et animateur. Et ce ne sont pas les sujets qui manquent pour initier les discussions…

La Corse a besoin de débats, Internet nous donne les outils pour débattre. Il serait temps que nous cessions d’avoir peur de la polémique.

Retrouvez tous les articles de 1000 idées pour la Corse.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons

Publicités

Written by fabien

20 janvier 2010 à 12:22

11 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Votre idée est fort intéressante. Il faut, si le projet vit un jour, « faire avec » des écrits qui sortent de l’objectif ou de l’angle du sujet ou être très vigilant en filtrant et censurant : je remarque que là où les réflexions et avis alimentent un site-forum, ce dernier dévie souvent vers de la « tchatche » sans respect, sans style.
    Pourquoi ne pas faire connaître le présent site, le faire vivre autrement (en offrant des espaces pour d’autres que vous). Puis, dans un deuxième temps, créer autre-chose ?
    Je transmets votre page à qq personnes…

    Chnoupi

    20 janvier 2010 at 14:00

  2. Je crois que le plus dur pour les administrateurs d’un forum, c’est de décider des limites à laisser aux intervenants. Une fois que ce point est clair, il n’y a qu’à appliquer.

    Pour ce blog, je ne vois pas d’objection à ce qu’on me propose des initiatives. C’est vrai que je ne fais pas beaucoup pour le faire connaître, mais j’ai des scrupules à trop faire ma pub.

    fabien

    20 janvier 2010 at 16:00

  3. La mise en place d’un forum est très simple en théorie, c’est sa gestion journalière qui l’es beaucoup moins… Je pense que c’est surement pour cela qu’il n’en existe pas actuellement.

    Un palliatif à un forum serait de faire de votre site une page Facebook. De cette manière vous faites connaître votre site à la « tribu » Corse de facebook mais pas seulement. Tout le monde est sur Facebook.
    Comme pour un forum il peut y avoir des débordements… mais c’est la rançon de la gloire 😉
    Twitter permet d’étendre aussi votre réseau encore plus simplement.

    Dans tous les cas, votre blog est en bonne voie.
    J’ai hâte de lire les prochaines idées.

    Babs2a

    20 janvier 2010 at 17:01

    • Facebook, j’y pense depuis un moment, j’attendais qu’on me pousse un peu.
      Twitter, je ne pratique pas encore. Va falloir que je me penche sur la question.
      Merci pour les encouragements, j’en ai besoin en ce moment.

      EDIT : au fait, plutôt une page, ou plutôt un groupe, sur Facebook ? UNe page, ça fait plutôt admirateurs du grand gourou, non ? Un groupe, c’est plus collaboratif ?

      fabien

      20 janvier 2010 at 17:29

      • Moi je dirais plutôt une page…
        C’est ce que je fais pour mon blog et ce que font la plupart des gens qui ont des blogs en fait.

        L’idée d’avoir une page c’est que ça permet d’envoyer des « actualités » à chaque fois que l’on mets un nouvel article. Comme ça les gens fans de la page sont directement informés.
        Un peu plus lourd à gérer qu’un système de flux RSS… mais bon là encore c’est plus simple pour la plupart des gens d’être informé sur facebook.

        Twitter c’est vraiment l’outil ultime de la diffusion de masse. Le RT (Retwitt) permet de faire passer l’info à ses amis… et de RT en RT on transmets ses infos. Au départ c’est forcément pas très intéressant.
        Mais si ça marche les gens de cette manière peuvent s’intéresser à votre site et venir commenter.

        babs2a

        20 janvier 2010 at 19:38

      • En même temps, je ne cherche pas non plus une diffusion de masse. En soi, le nombre de lecteurs n’est pas essentiel, ce qui m’intéresse plutôt, c’est le nombre d’initiatives petites ou grandes qui pourront émerger après lecture.

        fabien

        21 janvier 2010 at 13:35

      • Voilà, la page Facebook est créée.
        http://www.facebook.com/?ref=home#/pages/1000-idees-pour-la-Corse/282472903337?ref=nf

        Merci pour les conseils.

        fabien

        24 janvier 2010 at 21:34

  4. « Mais il apparaît finalement que ces longues heures passées à discuter n’ont pas été perdues. Bilan globalement positif, aurait dit l’autre. »

    Ce n’est pas l’avis de S.Vaas, auteur de « l’enfer du virtuel », aux éditions l’Age d’homme.

    Jef

    22 janvier 2010 at 10:00

    • Ce monsieur Vaas a probablement raison et son point de vue est intéressant à prendre en considération. Cependant j’ai l’impression que son expérience a été vécu pour lui comme un échec lorsque tant d’autres le vivent comme une réussite. Il semble s’être fait dépassé par le monde virtuel.

      Je cite :
      « La vie virtuelle n’est pas ce qu’elle paraît être quand on la découvre. Elle est comme une jolie fille qui se transforme en araignée et tisse une toile d’une telle densité qu’on en vient à oublier qu’il y avait quelque chose au dehors. Pour elle, j’ai mis ma vie réelle entre parenthèses pendant près de dix ans et cela a eu des conséquences dont je ne mesure la portée qu’aujourd’hui. Je sais que je ne remettrai jamais mon cœur dans ce monde-là, et je n’ai pas besoin de justifier ce qui m’est apparu comme un simple choix entre la Vie et la Mort. Toutefois, deux ans plus tard, j’ai décidé de prendre la plume car je ne pouvais m’empêcher d’observer que non seulement une partie mais toute la jeunesse se dirige vers cette impasse. En partageant ce que j’ai compris de ma descente dans les entrailles du Web, ainsi que de ma difficile remontée, j’espère baliser quelque peu cette zone sinistrée »
      Je n’ai pas lu le livre, j’ai juste regardé le début ainsi que le sommaire sur le site de l’éditeur http://www.lagedhomme.com/boutique/images_produits/f9782825139219_1.pdf)

      Ayant vécu moi même une expérience similaire (mais moins forte je dois l’avouer) avec des jeunes joueurs de jeux vidéos sur un forum de 3000 membres, il est vrai que bien souvent l’on peut être déçu par certains comportements, surtout lorsque l’on passe beaucoup de temps à essayer de faire de belles choses pour eux (organisation de tournois en ligne et en réel, tenue d’un site internet, …).

      Ce n’est pas pour autant que ce que j’ai pu vivre à l’époque ne m’a pas apporté énormément (et à beaucoup de joueurs de l’époque aussi). Des liens virtuels se sont créés et sont devenu réels (parce que je pense que c’est la clé de la réussite) pour perdurer dans le temps.
      Alors sur les 3000, le cercle d’ami ne se compose que de 20 personnes… Mais les « survivants » sont heureux de s’être rencontrés et d’avoir pu partager des idées…

      Babs2a

      22 janvier 2010 at 12:53

    • C’est peut-être une nouvelle forme de sélection naturelle : d’un côté ceux qui deviendront esclaves du net et se transformeront petit à petit en ectoplasmes, et de l’autre ceux qui sauront utiliser le net pour accomplir des choses.

      Quoi qu’il en dise, Vaas semble appartenir à la seconde catégorie, puisqu’il en a tiré l’occasion d’écrire un bouquin en vrai papier.

      fabien

      22 janvier 2010 at 15:43

  5. […] l’avais déjà précisé il y a plusieurs années ici même. Ce qui manque cruellement en Corse, quand on veut agir et faire avancer les choses, c’est […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :