1000 idées pour la Corse

1000 idées pour la Corse et pour le monde

Idée n°71 : choisir l’agriculture ET l’écologie

with 6 comments

Il y a un an, au salon de l’agriculture, notre cher président de la République avait déclaré aux représentants de la profession que l’écologie, ça suffisait, et qu’il était temps de se remettre à l’agriculture. Outre qu’il contredisait là totalement les orientations du Grenelle de l’environnement décidées quelques mois plus tôt, il montrait qu’une fois de plus, il s’exprimait un peu vite sur un sujet qu’il ne comprend absolument pas.

Certes, il ne faisait là que s’inscrire dans la lignée d’une agriculture dominante autiste, qui a toujours considéré que le champ cultivé idéal ne devait comporter qu’une espèce vivante, celle destinée à être récoltée, et que tout surcroît de biodiversité dans l’écosystème cultivé ne pouvait qu’être néfaste à la production, l’écologie s’opposant par nature à la productivité. Lieu commun largement ancré dans la culture occidentale, et qui pourtant est en passe d’être battu en brêche, à la fois par l’action déterminée de quelques marginaux, mais aussi désormais par les conclusions scientifiques relayées au plus haut niveau, à savoir l’ONU.

En mai 2007, déjà, une conférence internationale sur l’agriculture biologique et la sécurité alimentaire, sous l’égide de la FAO, avait conclu que l’agriculture biologique était sans doute aussi efficace que l’agriculture industrielle pour nourrir le monde, et incomparablement plus efficace pour réduire la pauvreté, créer des emplois, assurer la viabilité alimentaire à long terme, améliorer la santé des consommateurs, du nord comme du sud, atténuer les effets des changements climatiques, etc.

Le rapport issu de cette conférence est un modèle d’intelligence. Il contient tout simplement l’ensemble de la marche à suivre pour faire passer l’ensemble de l’agriculture mondiale en production biologique sans impact négatif sur la sécurité alimentaire ou le prix des produits agricoles. Il n’est pas seulement axé sur une agriculture biologique « conventionnelle », mais insiste aussi sur « la nécessité d’intégrer aux
systèmes de production biologique des cultures pérennes, et notamment des variétés
agroforestières » (§26), et donne « son appui à une Initiative mondiale pour des systèmes alimentaires écologiques et éthiques, qui serait mise en oeuvre par la FAO et chargée d’étoffer les connaissances mondiales en matière d’agroécologie et de favoriser l’établissement d’un environnement
stratégique porteur pour les systèmes alimentaires néotraditionnels; » (§66).

Bien entendu, le rapport a été quelques mois plus tard désavoué par le président de la FAO, et la crainte était grande de ne plus jamais en entendre parler. Mais l’ONU (à laquelle appartient la FAO) a plus d’un tour dans son sac, et c’est sous la forme d’un récent rapport du Conseil des droits de l’homme que vient le coup de grâce pour l’agriculture industrielle.

Cette fois, on s’embête pas. Le rapport parle directement d’agroécologie et confirme le précédent, en l’enrichissant de nombreux résultats d’études obtenus en 4 ans.  Les titres des paragraphes sont éloquents : « L’agroécologie accroît la productivité au niveau local » ; « L’agroécologie réduit la pauvreté rurale » ; « L’agroécologie contribue à l’amélioration de la nutrition » ; « L’agroécologie facilite l’adaptation au changement climatique »…

Bien entendu, ces deux rapports se focalisent principalement sur les pays pauvres, pour lesquels l’urgence est grande de trouver des solutions viables. Mais l’agroécologie est aussi d’un intérêt primordial pour les pays riches, et notamment les régions comme la nôtre qui souhaitent miser sur la qualité de leur production : la qualité de la production obtenue par des méthodes agroécologiques est en général bien supérieure à celle des produits obtenus par des méthodes industrielle. Or, comme le souligne Marc Dufumier, un pays comme la France, et bien entendu une région comme la Corse, devraient miser avant tout sur la qualité. D’autant que l’agroécologie assure aussi la quantité…

Nous devrions de plus miser ici sur notre histoire agricole (particulièrement en Balagne). Comme le soulignent les agronomes Marcel Mazoyer et Laurence Roudart*, « on peut penser que le XXIème siècle verra se développer des systèmes agraires […] hautement productifs et durable, associant étroitement cultures annuelles, élevage et arboriculture […] Des systèmes de ce genre, exigeants en main-d’oeuvre, peu exigeants en ressources non renouvelables et peu polluants, ont d’ailleurs existé autrefois dans les régions difficiles et relativement peuplées d’Europe (châtaigneraies de Corse, des Cévennes…, et diverses formes de cultura promiscua du pourtour méditerranéen). »

L’agroeculugia ? L’avemu inventata noi ! Alors, qu’est-ce qui nous interdit de la remettre au goût du jour, dans un de ces systèmes néotraditionnels dont parle le rapport de la FAO** ?

* Marcel Mazoyer, Laurence Roudart, Histoire des agricultures du monde, Points Histoire.

** Et c’est bien ce que nous comptons faire en Balagne, avec la création en cours d’une association idoine.

Manifeste pour un droit au logement digne pour tous

N’oubliez pas d’aller faire un tour sur l’agenda citoyen, il se passe sûrement des choses.

Retrouvez tous les articles de 1000 idées pour la Corse.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons

Publicités

Written by fabien

10 mars 2011 à 17:42

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. en voilà une idée qu’elle est bonne!!

    manette

    12 mars 2011 at 19:34

  2. […] maintenant qu’on est tous d’accord, même l’ONU, sur le fait que l’agroécologie est l’avenir de l’homme, il nous reste à […]

  3. Il y a deux projets de golf 18 trous en Balagne. Un à Calvi, du côté de la Signoria, l’autre en moyenne Balagne, sur les communes de Nesce et Filicetu. On n’a pas encore tranché entre les deux. Le 1er a pour « avantage » d’être près des structures hôtelières et des infrastructures (transports, etc) mais il est « désavantagé » par la proximité de Sta Catalina et des camions de la sablière. Le second est « désavantagé » par son éloignement des dites infrastructures mais offre plus de « possibilités environnementales ».
    Je voudrais poser des questions :
    1) En quoi un golf va résoudre les pbs éco de la région ?
    2) Les besoins en eau (= consommation ville de 12 000 hab) et l’utilisation massive de pesticides sont-ils compatibles avec une écologie cohérente ?
    3) Est-il cohérent de gâcher des terres agricoles pour satisfaire les caprices de quelques nantis extérieurs et intérieurs, plutôt que de chercher à mettre en œuvre une agriculture vivrière pour diminuer les coûts de transport (cf. bilan carbone) et éviter les courgettes espagnoles bourrées de pesticides ?
    4)Un golf de 9 trous n’est-il pas suffisant ?
    Je ne sais pas ce que vous en penserez mais personnellement, je suis très inquiète par la tournure des événements. Comme le dit Kempf, « l’oligarchie ça suffit, vive la démocratie ». Est-il si absurde de souhaiter que, de temps à autre, on nous demande notre avis ?
    Quelqu’un sait-il si une enquête publique est programmée ?
    A lire absolument « Qui a tué l’écologie ? » de Fabrice Nicolino, aux éditions Les Liens qui Libèrent.
    Marie Simone NOBILI, écrivain public, Nesce.

    MSN

    28 avril 2011 at 07:51

    • vous avez raison de vous inquiéter, les golfs :
      c’est un moyen de bâtir en zone verte sans parler du problème de l’eau…

      pour en avoir trois alentours (golfe de St Tropez) dont un seul ancien et deux nouveaux :

      l’ancien (environ cent ans !) est réalisé en respect avec le pays : végétation d’origine, la végétation rajouté est avec besoin d’eau peu important gazon limité…

      les deux récents (25 et 15 ans environ) ont provoqués la création de nouvelles conduites d’eau… mais ils en utilisent les 3/4 !!!

      en raison de la végétation nécessitant de l’EAU et leur saloperie de gazon.

      je rajoute que que chez nous, « pas loin » il y a les Alpes avec le Verdon et la Durance. ils ont fait du coup des retenues d’eau supplémentaires… et ils piquent l’eau (beaucoup trop) dans ces rivières.

      donc là déjà tu as un premier choix de choix !

      en deuxième, avec les golfs, ils obtiennent des droits à construire en zone verte et si tu passais voir celui qui a 15 ans, tu te demanderais où est le golf tellement ils ont batis !!!

      celui qui a 25 ans, il y a eu une asso qui a lutté contre et du coup les constructions sont peu nombreuses et depuis celles qui avaient été réalisées sont devenues illégales suite au procès que l’asso a gagné… elles n’ont pas encore été détruites mais en tout cas cela ne devrait plus grandir c’est déjà ça.

      quand tu vois ce vert franc (plein d’eau) au milieu de la garrigue ça choque. les golfs c’est bon pour les pays où il y a de l’eau de pluie presque tous les jours, mais pas dans le sud où les gens ont besoin de gèrer l’eau avec économie.

      anik

      20 avril 2013 at 06:57

  4. […] (pour moi) a commencé il y a deux ans. Alors que je batifolais joyeusement dans les insouciantes prairies de l’agroécologie, une lectrice de 1000 idées me rappelait brutalement à la réalité : tandis que […]

  5. Bonjour a tous,
    Nous octroyons des prêts allant de 3.000,00 € à 1.500 000,00 € a toutes personnes capable de respecter ses ailleurs le taux d’intérêt est de 3% l’an. Soit vous avez besoin d’argent pour d’autres raisons ; n’hésitez pas de nous contacter pour plus d’informations. E-mail : pret_investissement@hotmail.com
    Ou nous contacter par SMS : 0786506633

    Merci

    Finance

    22 décembre 2016 at 18:07


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :