1000 idées pour la Corse

1000 idées pour la Corse et pour le monde

Idée n°93 : en rire

with 20 comments

25% pour la Marine, et ça n’en finit plus de s’étriper sur tous les réseaux sociaux. Après avoir lutté brillamment contre papa Le Pen dans les années 90, les Corses seraient-ils finalement passés du côté obscur ? Et si le résultat de cette élection n’était finalement pas un problème, mais plutôt l’espoir que la prise de conscience est en marche. Ou si la seule attitude devant tout ça était finalement d’en rire, tant un tel événement était finalement prévisible, et ne constitue à l’évidence pas le fond du problème ?

Parce que s’il faut pleurer, aujourd’hui, ce n’est certainement pas du score du Front National. Et gardons-nous bien de considérer que les électeurs de Le Pen sont des imbéciles. Il se peut même que pour une bonne part d’entre eux, ils soient plus lucides que la moyenne. Une lucidité qui tient plus à l’intuition qu’à l’analyse, et qui ne les conduit pas forcément au bon choix (existait-il dimanche un bon choix ?), mais certainement pas, pour nombre d’entre eux, quoi que ce soit qu’on puisse assimiler à du fascisme.

Bon, pour être franc, y’a pas mal de bêtise qui traine en ce moment dans les discussions. Du racisme, bête, primaire, comme est le racisme. On a beaucoup de mal en Corse à saisir l’origine du malaise qui nous prend à la gorge, alors, on cherche un bouc émissaire. Faut dire que c’est pas simple, et il est plus facile de stigmatiser les étrangers que de saisir exactement le fond du problème, mais faut bien reconnaître que d’un bout à l’autre du spectre politique, personne n’est capable de mener une véritable analyse de ce qu’il se passe en Corse depuis 10 ans.

Mais au fait, il vient d’où, le malaise de la Corse ?

Les étrangers n’y sont pour rien
Ça me surprend moi-même, mais quand on va chercher les statistiques du nombre d’étrangers en général, et de maghrébins en particulier pour la Corse, le résultat est sans appel : leur nombre est stable depuis 15 ans : 25 000, et, du fait de l’augmentation rapide de la population, leur proportion dans ladite population a baissé, de 10% environ à 8%, dont 5% environ pour la population maghrébine. Pourtant, le sentiment d’invasion étrangère est présent dans nombre de conversations.

Alors quoi ? Une première explication tient à mon avis à l’ambiance générale de guerre de civilisations gentiment instillée par le bloc atlantiste. Vous savez, ces méchants barbus qui tiennent à égorger tous les infidèles avec des couteaux rouillés et à poser leurs minarets partout dans nos paysages. Bon, il se trouve que, si guerre de civilisations il y a, ce sont les occidentaux qui l’ont déclenchée, en allant bombarder Irakiens, Afghans ou Libyens… Et que la partie adverse manque un peu de punch : l’abominable affaire Merah reste en 17 ans la seule exaction imputable à des islamistes en France. Encore faut-il une bonne dose de paranoïa pour voir dans l’œuvre de ce taré l’action d’un réseau structuré et susceptible de multiplier les actions.

Une seconde explication tient simplement à l’attitude des populations étrangères et d’origine étrangère en Corse. Là où la première génération faisait profil bas et s’installait dans des cabanons au milieu des exploitations agricoles, les générations suivantes se laissent moins marcher sur les pieds et ont investi certains quartiers des grandes villes. Quartiers que les Corses ont largement désertés pour des zones pavillonnaires périurbaines. Et voilà que ces immigrés et descendants d’immigrés se retrouvent majoritaires dans ces quartiers, et ont conservé des solidarités que les Corses éclatés dans leurs villas avec piscine ont perdues.

Les musulmans ? (ajouté suite à quelques remarques)
Les musulmans en Corse sont plus nombreux que les étrangers : 42 000 environ, soit 13% de la population. Pourquoi ? Simplement parce que la majorité d’entre eux est née en Corse et est de nationalité française. Ce sont les deuxième et troisième générations. Leur population augmente probablement, car ils ont tendance à faire plus d’enfants que la moyenne des Corses, mais ce n’est pas l’afflux de nouveaux immigrés qui fait croître cette population, nous avons vu qu’il est très faible. Difficile d’avoir des statistiques fiables à ce sujet, les musulmans n’étant pas une catégorie étudiée par l’Insee, mais la part de musulmans dans la société corse est probablement stable ou en légère baisse, dans une population globale qui augmente vite.

Il est probable en revanche que leur visibilité dans la société augmente. Notamment, ils réclament aujourd’hui plus de lieux de culte que jamais. Est-ce un signe de radicalisation ? Peut-être. Peut-être aussi, plus simplement, les nouvelles générations, qui sont de nationalité française et se sentent pleinement Corses, parce qu’ils sont nés ici, sont-elles plus revendicatives que leurs parents : ils exigent de meilleurs logements, de meilleurs emplois, et, pour ceux d’entre eux pour lesquels la religion est importante, plus de lieux de culte. Il faut dire que ces lieux de culte sont très peu nombreux en Corse, une quinzaine en 2011, et précaires.

Si les musulmans de Corse sont de plus en plus visibles, malgré une proportion stable dans la population, n’est-ce pas, tout simplement, parce que ces musulmans sont devenus… Corses ?
Ce qui n’interdit pas évidemment de combattre les intégristes qui existent sans doute parmi eux, mais c’est une autre affaire. Le point fondamental est que, démographiquement, nous sommes loin d’une invasion étrangère et / ou musulmane.

L’individualisme, faut voir
Tiens, allons voir un peu les résultats bleu marine dans les communes où ces quartiers pavillonnaires ont fleuri… A Piazzetta nous a fait le travail pour le sud de Bastia : Biguglia 31,5%, Furiani 30%, Lucciana 32,2%… Pas mal. Pire encore dans certains villages isolés. Pas de quoi tirer des conclusions définitives, mais un premier indice que l’isolement conduit à des pratiques électorales extrêmes.

L’atomisation de la société se voit sur le territoire. La maison individuelle entourée d’une jolie haie est devenue la norme. On pourrait se dire que de la haie qui sépare de l’autre à la haine de l’autre, il n’y a pas loin. En tout cas, j’ai beau regarder, ce ne sont pas les minarets qui défigurent la Corse…

Les inégalités, c’est probable
Le vote Le Pen a explosé en Corse depuis 10 ans. En 2002, il était inférieur à la moyenne nationale. Ce qui a parallèlement explosé en Corse, ce sont les inégalités. La Corse a connu une phase d’expansion économique importante dans les années 2000, basée bien entendu sur le tourisme, le bâtiment qui y est associé, et un âge d’or des travaux publics lié au programme exceptionnel d’investissement. A partir de 2008, la crise a ralenti cette expansion, mais le tourisme et le BTP ont continué à bien se porter. Ce qui a surtout porté cette période de croissance, c’est la bulle immobilière française : des millions de propriétaires dans les grandes villes françaises ont réalisé d’importantes plus-values immobilières et se sont retrouvés avec des sommes considérables, qu’un nombre non négligeable d’entre eux a réinvesti sous forme de résidences secondaires en Corse.

Déjà élevé, le coût du logement en Corse a doublé, et le prix du foncier a été multiplié par 15. De nombreux Corses se sont retrouvés millionnaires quasiment du jour au lendemain, quand le champ de cailloux de babbò est passé constructible. D’autres ont pu vendre leur terrain agricole ou la maison du village à des montants inespérés. Avec les entrepreneurs du tourisme et du BTP (ce sont d’ailleurs souvent les mêmes), ils sont les grands gagnants des 10 dernières années, puisque la valeur de leur patrimoine a au moins doublé (centuplé pour certains), et que leurs affaires ont été florissantes.

Pour les autres, ceux qui n’ont pas eu la chance d’hériter, l’effort nécessaire à se loger est devenu insoutenable. On parle souvent du prix élevé des produits de consommation en Corse (+20% environ en grandes surfaces), mais le surcoût lié au logement, en comparaison avec des régions non touristiques aux salaires et au PIB comparables, est de l’ordre de 50 à 100%. Si on y ajoute le coût du transport, très important sur l’île, cela devient exorbitant, même pour les classes moyennes.

La Corse se retrouve plus que jamais coupée en deux, entre population aisée détentrice d’un des plus grands parcs de voitures de luxe de France (rapporté à la population), et population pauvre subissant la multiple peine de salaires faibles, de contrats saisonniers, de loyers élevés, de prix de l’immobilier inabordables, et du spectacle quotidien de la richesse insolente étalée devant elle.

Etat de droit, mon cul
Si ça ne suffisait pas à nous énerver, voilà que les mêmes puissants qui friment derrière leurs vitres fumées se moquent de la loi, privatisant les plages, changeant les règlements à leur profit, plastiquant les élus récalcitrants, et obtenant même de l’Etat des passe-droits, sous forme de permis de construire en zone inconstructible (l’état est le plus gros délinquant en Corse aujourd’hui), ou tout simplement de manque de volonté manifeste à résoudre les affaires criminelles auxquelles il a lui-même fourni le terreau.

Avec 10 fois plus d’homicides par habitant que la moyenne nationale, la Corse fait bien rire (oui, on a pris le parti d’en rire, aujourd’hui) les experts en criminalités. Nos voisins Siciliens, un état faible, une tradition criminelle autrement plus importante que la nôtre, connaissent à peu près le même nombre d’homicides que la Corse. Mais pour 20 fois plus d’habitants ! Il ne faudrait que quelques mois à un état déterminé pour éradiquer le crime en Corse, rétablir l’état de droit, dans cette population de 300 000 habitants.

Colonisation de fait
Je n’aime pas reprendre le vocabulaire et la rhétorique nationalistes, mais les faits sont là. La population de la Corse progresse rapidement, de 3 à 4000 habitants par an. Et ce n’est pas dû au solde naturel, qui est quasiment nul, mais au solde migratoire. Dont on a vu qu’il ne provient pas de l’étranger, mais bien de France. Et sachant qu’un nombre non négligeable de Corses (de gens qui habitaient en Corse, quelle que soit leur origine) quittent l’île chaque année, on peut estimer à 5000 environ le nombre de nouveaux arrivants, dont environ 40% de retraités. Certains d’entre eux sont d’ailleurs d’origine Corse, mais la majorité n’avait aucun lien avec l’île avant de s’y installer.

Posant bien entendu un problème d’identité, les Corses (d’origine, de souche, appelez ça comme vous voudrez) se sentant peu à peu noyés dans la masse, et dépossédés de leur terre (qu’une fraction non négligeable d’entre eux n’hésite pas à vendre au prix fort – au moins, on ne pourra pas dire qu’on a bradé notre île, on l’a bien vendue, au contraire).

Mais aussi un problème social. On sait que de nombreux diplômés corses quittent l’île, faute d’y trouver des perspectives de carrière satisfaisante (environ 50% des diplômés de l’université partent, auxquels il faut rajouter les bacheliers qui s’exilent dès les classes préparatoires), et on sait aussi que ce sont généralement les classes sociales les plus aisées qui sont les plus mobiles. Symétriquement, les arrivants sont eux aussi plus aisés et plus diplômés que la moyenne, et aussi sans doute plus courageux et entreprenant (il faut une certaine dose de courage pour venir tenter sa chance dans une île à la réputation sulfureuse comme la Corse).

De fait, le résultat est là : les nouveaux arrivants sont de niveau socio-culturel bien supérieur à celui de la population générale, affichent souvent une réussite insolente, en ce qui concerne les actifs, et arrivent porteurs de capitaux importants, surtout en ce qui concerne les retraités. Les actifs entreprennent massivement dans des secteurs auxquels les Corses ne croient pas. Le secteur de l’agriculture biologique en est un exemple frappant. Les Corses y sont nettement minoritaires.

Peuple corse, tu parles
Au final, le « peuple corse » se divise en au moins trois catégories principales : les Corses présents de longue date et aisés ; les Corses présents de longue date et pauvres ; et les nouveaux arrivants.

La première catégorie étale sa richesse mais ne se sent pas très fière. Elle a parfois gagné son opulence par un travail remarquable, mais le plus souvent, elle a simplement profité sans talent de la manne touristique et foncière. Elle a saccagé son propre territoire, l’a vendu souvent. Elle y a construit des villas prétentieuses où elle organise, en short et tongs, des barbecues le dimanche, en se félicitant de vivre sous un si beau ciel. Ses enfants noient leur sentiment d’inutilité dans la cocaïne et finissent bruyamment sur leurs quads de massacrer le paysage. Elle invoque souvent le peuple corse, mais n’hésite pas à exploiter ses employés corses, ou à leur louer des taudis à prix d’or.

La fraction pauvre des Corses fait ce qu’elle peut pour s’en sortir. Elle désespère, se réfugie parfois dans la violence, mais même l’espoir d’un avenir meilleur par la lutte lui a été enlevé. Elle jalouse les autres, et, entre nous, elle n’a pas tort. Les immigrés de l’étranger, qui sont pour la plupart en Corse depuis longtemps, font partie de cette catégorie sans y être acceptés. Presque tous ont pour avenir désigné d’être les servants des autres, les riches Corses d’aujourd’hui et de demain. Ils feront le ménage, le jardin ou la toilette des riches retraités de la côte, mais leur retraite à eux leur permettra à peine de survivre.

Les nouveaux arrivants ne se posent pas tant de questions, les plus vieux se contentent de couler une retraite bronzée et les plus jeunes entreprennent, simplement, mettent en œuvre des idées que les Corses n’ont pas eues. Ils ne voient pas le séisme qu’ils sont en train de provoquer, ils ont le droit pour eux, des moyens financiers et un bon niveau socio-culturel. Ils aiment la Corse, prennent des cours de Corse, mais se mélangent très peu aux Corses de plus longue date, dont ils détestent le côté tueur de sangliers sans éducation, et qui ne les aiment pas tellement non plus. Il n’y a rien à leur reprocher, si ce n’est d’être potentiellement beaucoup plus nombreux que nous, des millions à rêver de soleil, de mer et de montagne.

En fait, s’il y a un trait commun à tout ce monde, c’est que l’individualisme a gagné partout, que quasiment plus personne ne cherche à construire quoi que ce soit de collectif, et surtout pas un avenir. Qu’on ne me parle plus de peuple corse tant que des Corses vivront dans des taudis que leur louent à prix d’or d’autres Corses, tans que des Corses en exploiteront d’autres et que l’argent comptera plus que la dignité. Tant que nous serons l’une des régions du monde occidental où les inégalités sont les plus fortes.

La consommation a vaincu la production
Le 8ème numéro de la revue Fora ! en dressait le constat. La Corse n’est plus qu’un lieu de consommation. On ne produit presque rien sur cette île. On vend la terre pour acheter des 4×4 et des villas avec piscine, on vend son âme pour une place au conseil général, on vend tout ce qui est monnayable pour participer à l’orgie mondiale de consommation, notre patrimoine, notre culture, notre soleil, nos oursins… Mais produire, il en est assez peu question.

D’ailleurs, le voudrait-on, que nous serions bien emmerdés. Pas tellement d’infrastructures destinées à autre chose que le tourisme. Pas tellement de possibilités d’accéder au foncier, à l’immobilier commercial. Beaucoup trop cher, mon fils, tu ne veux pas plutôt vendre des poulets rôtis sur le bord de la route ? Pas facile de lutter contre les monopoles établis, contre l’autre qui n’a pas tellement de talent ni d’idées mais qui a le local ou le terrain.

Vide culturel
Je me suis déjà exprimé longuement sur la culture. Le problème va bien au-delà de notre identité ou de la langue corse. Nous ne sauverons de toute façon rien de la culture corse si la société corse s’effondre. Et c’est une culture citoyenne qui nous fait le plus cruellement défaut (à nous, Corses, comme à tous les autres). Nous sommes en train de perdre la démocratie, et nous indigner ne suffit pas, il faut en plus faire un vrai travail de reconstruction sociétale.

Ca ne sert à rien d’en vouloir au thermomètre
La société corse craque de partout. Si on a pu croire un temps que nous allions accéder à un développement harmonieux, plus personne n’est dupe. Et la crise pointe sérieusement le bout de son nez. Que se passera-t-il si le moteur touristique cahote, si le nombre de fonctionnaires continue de diminuer, si les nouveaux retraités sont de plus en plus pauvres ?
La valeur du patrimoine des plus riches pourrait s’effondrer, ce qui ramènerait un peu d’égalité, mais au prix de quelle misère générale ?

Le développement de la Corse est tout sauf durable. Économiquement instable, socialement inéquitable, écologiquement irresponsable. Et les Corses, tous les Corses, ceux qui ont des racines ici et ceux qui n’en ont pas, commencent à le comprendre. Et ils le montrent en votant bleu marine. Et alors ?

Il n’y a qu’une seule chose à faire aujourd’hui : s’engager dans un vrai travail de riacquistu, qui ne s’arrête pas à ce que nous nommons aujourd’hui culture (la langue, les arts, l’histoire, le patrimoine…), mais qui fasse enfin le vrai travail de ré-acquisition des bases de ce qu’est la culture : l’ensemble des savoirs, savoir-faire et savoir-être qui permettent de se positionner dans le monde, d’y survivre et de vivre ensemble. Ce travail ne pouvant passer que par l’action concrète collective. Il nous faut réapprendre à vivre ensemble, à travailler ensemble, à imaginer l’avenir ensemble.

En attendant, contentons-nous de faire ce que nous savons le mieux faire en Corse : en rire, parce qu’après tout, il ne s’est rien passé de grave dimanche. Rien de plus grave en tout cas que ce qu’il se passait déjà.

Publicités

Written by fabien

25 avril 2012 à 19:54

20 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] la suite … 1000ideespourlacorse.wordpress.com Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  […]

    • Merci Fabien pour ce texte.
      Dans « Etat de droit, mon cul » on pourrait rajouter une mention spéciale aux narco-trafics…

      jpas2001

      26 avril 2012 at 08:46

      • En fait, je connais assez peu de choses concernant ces narco-trafics, mais si tu as des détails, n’hésite pas à les donner.

        fabien

        26 avril 2012 at 08:51

      • Merci Fabien pour ce texte, et pour ce blog, que je découvre aujourd’hui.

        Je partage tes raisonnements.

        Concernant le développement des narcotrafics, ils semble qu’il soit dû :

        1. côté demande – au désœuvrement croissant de la jeunesse et à la poussée de l’individualisme dans le cadre du culte de l’enfant-roi ;

        2. côté offre – à la préférence récente des groupes criminels organisés pour des activités tout à fait légales (immobilier, marchés publics), tout aussi rentables que les sources plus « traditionnelles » de revenus, mais en maintenant les modes opératoires criminels pour s’assurer des parts de marchés (élimination de la concurrence par l’intimidation et/ou l’action physique) – dans ce schéma il faut toujours des porte-flingues, jeunes et un peu « fous » de préférence ; quoi de mieux dès lors pour les pontes du banditisme que de rester dans une légalité apparente et ne s’occuper que des activités « respectables », tout en laissant aux jeunes soldats l’os à ronger du trafic de stupéfiants pour se procurer des revenus confortables et s’inscrire dans l’imagerie adulée de « Scarface » ;

        3. côté régulation par la justice/police – un désintérêt complet de la question …. jusqu’à l’année dernière, date de la création d’une première équipe « stups » en Corse (auparavant n’étaient traités que les cas de flagrant délit et les saisies douanières à la sortie du bateau).

        Mikanome

        26 avril 2012 at 10:44

    • Fabien,
      Cette analyse de la société corse d’aujourd’hui est juste, bien qu’exhaustive, mais ne correspond-elle pas à celle de toute société occidentale dans une région touristique et à faible densité économique ?
      Ajoutons à cela la problématique de l’insularité, d’une identité forte, d’une économie soumise à la commande publique et au tourisme et nous avons un vote protestataire, un vote sanction, un vote réaction: un vote Le Pen !
      Alors faut-il en rire ? Peut-on rire de tout ? Sans doute, mais aujourd’hui j’ai du mal. Lundi matin je me suis réveillée avec la gueule de bois, la citoyenne, mais aussi l’élue, membre du PS, était un peu sous le choc. Peut-être finirai-je par parvenir à en rire, pour le moment, me semble-t-il, il convient de s’interroger, d’analyser les raisons de ce vote, mais également de se demander : qu’avons- nous fait, ou plutôt : que n’avons nous pas fait pour en arriver là ?
      Valérie

      Valérie Tomi

      26 avril 2012 at 14:47

      • Comment le dire sans que ça passe pour une provocation ? Pour moi, cette poussée de Le Pen est la meilleure chose qui pouvait nous arriver. Jusque-là, des tas de gens tout à fait bien en Corse ne se posaient pas trop de questions sur les raisons profondes de la crise de notre société. Maintenant, ils vont devoir le faire. Ce résultat est un électrochoc pour beaucoup, et j’espère qu’il sera salutaire. Nous serons quelques-uns en tout cas à essayer de faire en sorte qu’il le soit.
        Maintenant, il va falloir passer par une autocritique sévère…

        Sinon, oui, effectivement, le constat qui prévaut pour la Corse est bien plus général. Nous avons tout de même quelques spécificités non négligeables.

        fabien

        26 avril 2012 at 15:13

      • Bon il parait qu’après dimanche on doit se réveiller, que c’est un électrochoc, etc, etc, Il ne faut pas oublier que Le Pen, Père et Fille, sont des nostalgiques du 3ème Reich, participent volontiers à des festivités regroupant des anciens nazis en Autriche, citent Robert Brasillach lors de leurs meetings. Le Pen Père a récemment été condamné à nouveau pour avoir dit qu' »en France du moins, l’Occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine ». Alors ceux qui ont eu des parents ou des grands parents qui ont souffert du nazisme ou du fascisme devraient se regarder dans la glace avant d’aller voter FN… Le vote n’est pas l’acte final de la Démocratie mais son acte fondateur, dès la sortie de l’isoloir, engagez-vous en restant éveillé !
        Rester éveiller en Corse, ce serait aussi et avant tout de réagir à tous ces assassinats auxquels il semble que l’on se soit habitué, comme nous nous sommes tous collectivement habitués à toutes les dérives, racisme, xénophobie, usage des armes, violences de tout type, etc…. et même mieux, on trouve même le moyen de nous auto absoudre de ces dérives….

        Jacques Mattei

        26 avril 2012 at 15:37

      • Je ne crains pas une prise de pouvoir nationale de fascistes en France avant longtemps. Pas assez subtil, ça ne correspond pas à notre typologie sociale, à notre histoire (Emmanuel Todd explique ça très bien dans « Après la démocratie »). Et le score du FN au niveau national n’est en fait pas si extraordinaire : 17,9%. En 2002, Le Pen + Mégret avaient fait 19,2% au premier tour.
        On l’a vu au second tour en 2002, les Français se mobilisent en masse contre le FN dès qu’il y a le moindre risque qu’il arrive au pouvoir : Le Pen n’avait fait que 17,8% au second tour.
        Nous devrions être capables de calculer froidement les risques, au lieu d’avoir peur. La peur est un sentiment qui fait bien plus de mal que le FN aujourd’hui.

        Aujourd’hui comme en 2002, le vrai danger pour nos sociétés (française et corse), ce n’est pas le FN. J’essaie de préciser tout ça dans un prochain article.

        fabien

        26 avril 2012 at 16:14

  2. Texte intéressant car il tente une analyse. Maintenant, c’est vrai que résumer en un article ce qui pourrait nécessiter un essai entier entraine forcément des raccourcis et des manques comme par exemple une analyse approfondie de l’impact des deux facteurs clefs de l’histoire contemporaine de la Corse, à savoir 1) le riacquistu (y compris dans sa dynamique politique – régionaliste puis autonomiste et nationaliste) 2) l’irruption fracassante puis le poids de la violence politique puis de la violence tout court et enfin de la violence « pseudo mafieuse ». Mais ces remarques n’enlèvent rien à l’intérêt de l’article. Un autre bémol toutefois, c’est la première fois que je lis ce blog (découvert grâce à A Piazzetta) et il me manque de savoir qui est derrière la plume, pas forcement le nom car il est mieux de se garantir un certain anonymat pour se sentir libre d’écrire mais au moins le profil de l’auteur car sur ces thèmes, qui ne sont pas qu’universels on a aussi besoin de se créer des repères en lien avec celui qui écrit et pas uniquement avec l’écrit. Pour conclure, je pense en effet que la Corse a absolument besoin d’un autre riacquistu, car celui des années 70 est la dernière chose positive qui soit arrivée à la Corse, pas tant dans ses effets mais certainement dans la spontanéité (suggérée !!!) de cette dynamique. Ce nouveau Riacquistu ne devra pas cette fois oublier que dans l’histoire de l’Europe, il n’y a pas de nationalisme qui n’ait pas été porteur de xénophobie et encore moins qui ait véhiculé l’humanisme ! Cela ne veut pas dire que l’on doive jeter le bébé avec l’eau du bain. In tutti i casi, continuate a scrive, vi leghjeremmu !

    Jacques Mattei

    26 avril 2012 at 09:16

  3. l-utopie-est-la-verite-de-demain-victor-hugo seuls nos actes nous engagent ……….

    françoise MAUSHART

    26 avril 2012 at 12:28

  4. Bonjour Fabien,

    Merci pour cet article.
    Toutefois je ne peux être d’accord avec tes dernières lignes : « En attendant, contentons-nous de faire ce que nous savons le mieux faire en Corse : en rire, parce qu’après tout, il ne s’est rien passé de grave dimanche. Rien de plus grave en tout cas que ce qu’il se passait déjà ».

    Bien sûr nous n’en sommes pas surpris pour autant. Mais Dimanche un cap a été franchi et affirmé.

    Cordialement,

    Pascal.

    Tagnati

    26 avril 2012 at 12:57

  5. j’ai beaucoup apprécié ce texte, qui sort de l’ordinaire, qui remet certains préjugés à leur place, ni trop pessimiste, ni trop optimiste. Je trouve qu’il manque un point essentiel, le rôle catastrophique de la classe politique traditionnelle, de partis comme le PRG en Haute Corse et maintenant à la CTC. Leur fonctionnement vire au mafieux, le manque de ressources causé par l’assèchement des finances publiques les poussent à élargir leurs moyens de pression traditionnels des personnes fragiles (vieux au minimum vieillesse, jeunes précaires, RSAistes) aux entreprises fragilises par une conjoncture épouvatable dans notre ile en ce moment. L’impunité dont ils se vantent, à voir la non sortie judiciaire des derniers scandales ayant touché le conseil général, fait partie des mauvais exemples que l’on donne à notre jeunesse, le tout sous le regard complice d’un état totalement absent (volontairement pour moi).

    bernard Cesari

    26 avril 2012 at 20:56

  6. Chi fa ?
    cet article est une tres bonne synthese de notre situation actuelle.
    la situation corse est un concentre des problemes du monde occidental à ce stade et mondial, à terme.Marine le Pen a donc fait des voix ici comme partout en france.
    C’est un schema de poupees russes, chaque systeme plus grand que celui qu’il a absorbé, oppressé et détruit, est aujourd’hui empétré dans un modèle normatif et suicidaire, qu’il a favorisé à ses propres dépens et il contamine les systèmes en-dessous.
    La mondialisation, d’un point de vue humaniste pouvait être vue comme le système ultime de la solution aux problèmes du monde pour atteindre une certaine universalite et on s’aperçoit aujourd’hui, et c’est là le plus grave, que c’est l’Homme qui a été changé profondément par ce système.On a mondialisé trop tot, on a surtout mondialisé la connerie devenue inhumaine. Le troupeau bêlant et décérebré que nous sommes devenus, ici comme ailleurs, sera de moins en moins capable de fournir des Grands Hommes à mêmes d’inverser la tendance.
    Finalement, un certain repli sur soi, une ultime tentative pour préserver ce qu’on est, ce qu’on aime, son pays, sa famille, est un réflexe profondément humain. D’accord pour partager notre Corse mais avec qui?, avec quoi? Notre soit-disant handicap, notre insularité circonscrite nous a relativement protégé jusque là.
    Alors chi fa ?
    je ne le sais pas plus qu’un autre, mais je sais que si on renonce, là c’est vraiment cuit pour la Corse et ailleurs. J’essaye de survivre en appliquant cette devise: « le pessimisme de l’intelligence, l’optimisme de la volonté »
    n’abandonnons pas mes amis et si c’est Fort Alamo, eh bien c’est un moindre mal.

    martinetti marc-antoine

    28 avril 2012 at 18:03

  7. […] départ, je voulais essayer de répondre aux questions suscitées par l’idée précédente dans un article intitulé « faire société ». Il devait compter un certain nombre de […]

  8. Je crois pour ma part que nous avons tous des yeux et des oreilles mais nous ne voyons pas les mêmes couleurs et nous n’entendons pas les même sons ce sont des daltoniens et des mal entendants qui ont porté le fascisme au pouvoir en Allemagne en Italie et partout ou il est arrêtez donc de minimiser le danger du vote pour les extrémistes ! en rire dites-vous? vous rirez moins quand vous y serez confrontés réellement ! apparemment l’histoire et le devoir de mémoire ne vous ont pas interpellés !

    J G

    12 mai 2012 at 17:30

    • Je crois que vous n’avez pas compris le propos. Il ne s’agit pas de minimiser ce qu’ils se passe, mais d’en comprendre les causes profondes. Ca ne sert à rien de casser le thermomètre, il faut faire tomber la fièvre. Et même faire tomber la fièvre, en soi, ne servirait à rien si on ne traite pas ce qui la cause.
      Le vote FN n’est qu’un thermomètre qui nous indique que ça va mal. Ca fait vingt ans qu’on tape dessus sans rien changer, et vingt ans qu’on ne comprend pas pourquoi il indique toujours la même chose.

      fabien

      13 mai 2012 at 19:28

      • ce n’est pas votre analyse que je critique mais cette façon de relativiser les événements , il y a toujours eu et il y aura toujours des choses qui n’iront pas et des opportunistes pour en tirer profit pour atteindre le pouvoir il faut dénoncer ces procédés et mettre en garde les gens qui se laissent emporter par les meneurs de foule , on ne peut pas rire de tout , l’humour à ses limites et quand c’est grave on ne rit plus , on alerte ; on dénonce les sous entendus , on crie au loup embusqué derrière une face souriante qui masque l’autoritarisme ,la haine des autres et le culte du fascisme

        J G

        16 mai 2012 at 16:21


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :