1000 idées pour la Corse

1000 idées pour la Corse et pour le monde

Idée n°110 : s’appuyer au dossier

with 4 comments

On me reproche souvent d’être trop long. Je vais donc faire bref. Pour éviter les longs billets indigestes, sur les sujets importants, je constituerai désormais un dossier séparé, long, et je le signalerai par un billet, court, résumant le contenu du dossier.

Ce que je fais dès aujourd’hui, avec, pour en finir avec ma contribution au sujet des golfs (après ça, je reviens au chant et à l’agroécologie) un dossier en PDF intitulé « La Corse, destination golfique ? », reprenant la plupart des questions posées par ce projet de l’ATC de faire de la Corse une « destination golfique ». Dossier dont vous trouverez le lien en bas de page.

Le dossier revient notamment sur le potentiel des golfs à faire venir en Corse un nouveau type de touristes, et démontre que, mathématiquement, même en cas de réussite économique totale de ces golfs, la création de 6 nouveaux golfs 18 trous en Corse ne générera qu’une modification d’activité très marginale, inférieure à 1% du PIB. Que, par conséquent, la création d’emplois induite sera marginale, et peu adaptée aux compétences disponibles localement.

Nous nous interrogeons sur la méthode choisie par l’ATC, sur sa pertinence démocratique et sur le type de financement qui sera choisi. Sur la pertinence environnementale des golfs, qui n’est sans doute pas le point le plus noir, et sur les risques d’accroissement des déséquilibres sociaux, qui sont probablement bien plus grands, les golfs étant susceptibles de générer des bénéfices très privatisés, pour un investissement et un risque collectif. En outre, la présence de golfs induit un risque majeur d’accroissement de la spéculation immobilière dans leur proximité immédiate.

Ce dossier est destiné à servir de base de travail à tous les citoyens de Corse, et, nous l’espérons, d’incitation pour l’ATC à repenser la question du développement golfique, qui ne peut à l’évidence être qu’un élément parmi d’autres du développement touristique de la Corse, et certainement pas le projet phare de la mandature.

La Corse, destination golfique ? Dossier citoyen n°1, mai 2013.


Golf reginu

Retrouvez tous les articles de 1000 idées pour la Corse.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons

Publicités

Written by fabien

12 mai 2013 à 20:13

Publié dans Réflexions techniques

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Excellent travail. Merci

    Christian Agostini

    12 mai 2013 at 21:29

  2. Commentaire envoyé par monsieur Valero ; selon lui, la question environnementale est au contraire un point noir majeur :

    « Vous dites « Sur la pertinence environnementale des golfs, qui n’est sans doute pas le point le plus noir ».
    Bien au contraire c’est l’un des points noirs de ces projets.
    Les Golfs sont de verrues environnementales. C’est une activité polluante par l’usage de pesticides, nitrates, traitements phytos, … , par un entretien intensif, par la prédation de bonnes terres et de l’eau en grandes quantités mais aussi par l’appauvrissement de la biodiversité.
    L’alternative existe c’est l’Ecologolf à voir sur http://www.ecologolf.com

    Les américains ont fait de ce sport/loisir une industrie délirante avec des golfs dans les déserts qui peuvent consommer l’équivalent d’eau de villes de 30 à 60 0000 habitants. Mais depuis quelques années cette industrie est en recul sur leur sol avec des golfs à vendre ou qui ferment.

    Quand à la captation de touristes golfeurs nordiques, cet argument avait été évoqué pour l’Aquitaine, l’Italie ou la Grèce et c’est un échec car les circuits sont bien ancrés. Ces touristes ont leurs habitudes en Espagne (pays qui a été la vitrine du golf continental par ses champions et ses golfs l) avec la Costa del Sol, les Baléares, les Canaries et maintenant la Catalogne) mais aussi le Portugal et maintenant le Maroc.

    Vous employez bien la bonne formule :
    Privatisation des profits éventuels mais investissements et déficits publics démesurés par rapport à la taille et l’économie de la Corse.
    Ajoutez que les projets Golf ont en France masqué des financements occultes et j’en passe avec des exemples et des procédés faciles à comprendre.

    Bref ce projet est à contre courant de l’évolution du Golf dans les pays démocratiques évolués et de la fibre éco responsable ou écologique car ce sont des projets pollueurs et anti nature, comme démontré plus haut.
    Concentrez les financements publics :
    – pour produire des énergies renouvelables pour une plus grande autonomie énergétique
    – pour des productions alimentaires locales de qualité
    – pour de l’éco tourisme.

    Salutations
    Antoine Valero
    http://www.ecologolf.com« 

    fabien

    13 mai 2013 at 12:23

  3. Éclaircissements de Vanina Pieri sur RCFM :
    Les golfs seront portés sur fonds publics, les infrastructures appartiendront à la collectivité, et seront laissées en fermage à des entreprises privées.
    Comme ça, c’est la collectivité qui endosse tout le risque, et les privés pourront tranquillement voir si ça marche ou pas. Si ça marche, tant mieux pour eux. Si ça marche pas, tant pis pour nous.
    Evidemment, nous exclurons la possibilité que ces infrastructures payées par le contribuable servent de gigantesques machines à laver de l’argent sale, c’est tout à fait impossible, et ça ne s’est même jamais vu.

    fabien

    13 mai 2013 at 13:35

  4. La destination » golfique », l’économie « résidentielle », la « désanctuarisation  » de la Corse c’était sous la précédente mandature régionale qui avait déjà délibéré sur la destination golfique dans le cadre de subventions attribuées dans le cadre du financement européen par le FEDER . Mademoiselle PIERI, pas créative pour deux sous, reprend presque la même chanson composée sur le registre public pour authentifier le bien fondé de son discours et appelle celà du tourisme vert tout juste comme la couleur du green. C’est dés-espérant alors que des terres agricoles ont besoin d’eau, que des jeunes agriculteurs auraient besoin d’Associations foncières agricoles ou pastorales pour les aider à l’installation, que la Corse pourrait développer son auto suffisance alimentaire, devrait économiser son eau et la gérer au regard du réchauffement climatique….. et on pourrait encore en dire ……il est vrai que sa visite à Murtoli a dû l’impression-ner…….2800 hectares pour faire de l’agrotourisme et un golf de 12 trous……

    Tramoni francine

    13 mai 2013 at 20:56


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :