1000 idées pour la Corse

1000 idées pour la Corse et pour le monde

Posts Tagged ‘sols

Idée n°90 : plaider pour l’arbre

with 4 comments

J’ai encore complètement oublié de faire ma lettre au père-noël cette année, mais j’aurais aimé lui demander un bouquin qu’il y avait dans la bibliothèque du Sens de l’Humus, et que je n’ai jamais racheté : Plaidoyer pour l’arbre, du botaniste Francis Hallé (Francis Hallé, c’est le type qui a mis au point un radeau des cimes pour aller étudier la canopée des forêts tropicales). Dire que ce livre est beau serait un peu court. C’est aussi un concentré d’intelligence, et comme son petit frère Éloge de la plante, une réflexion inédite sur le monde végétal. Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

24 décembre 2011 at 18:08

Publié dans Culture générale

Tagged with , ,

Idée n°31 : refaire de la Balagne le jardin de la Corse

with 9 comments

Non, je ne suis pas fou. Pas plus que naïf. Ce n’est pas forcément une inaccessible étoile, ou un rêve : refaire de la Balagne le jardin de la Corse, c’est un objectif, réaliste. Ca ne se fera pas tout seul, ni demain matin. Mais c’est réaliste. La Balagne a tous les atouts pour redevenir ce jardin qu’elle était. Je n’ai pas la prétention aujourd’hui de donner la méthode pour y parvenir, simplement de montrer que nous sommes aujourd’hui dans une situation favorable pour cela, en même temps que dans l’urgence de réussir. Voici pourquoi :

La Balagne était donc autrefois considérée comme le jardin de la Corse. Le fait est connu, je n’apprends rien à ceux qui connaissent la région. Ce qui l’est moins, sans doute, ce sont les caractéristiques du système agricole ancien. Par la manière de gérer les sols, les plantes, les hommes, il fait penser à ce qui a été théorisé au 20ème siècle sous le nom de permaculture. C’est ce qui m’a frappé quand j’ai découvert ce concept, je l’avais déjà écrit il y a quelques années. La vallée du Reginu ressemble aussi par bien des aspects au bocage normand, le bocage étant lui aussi apparenté à la permaculture. Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

5 janvier 2010 at 12:03

Idée n°25 : s’inviter au broyage

leave a comment »

On n’insistera jamais assez lourdement sur l’importance qu’il y a d’arrêter de brûler des végétaux, alors j’insiste :

Vendredi 4 décembre 2009, à la jardinerie « A Casa fiurita » (à 3km d’Ile-Rousse, direction Bastia), l’association pour la Protection et la Valorisation du domaine de Saleccia, l’association Le Sens de l’Humus et la société SAELEN vous invitent à une démonstration de matériel de broyage de végétaux, et à une petite discussion sur l’importance de valoriser la matière organique. Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

30 novembre 2009 at 16:40

Publié dans Sans classement fixe

Tagged with , ,

Idée n°18 : broyer du vert

with one comment

Quand j’ai voulu, avec le Sens de l’Humus, revenir faire des choses en Corse, la première action qui nous a semblé pertinente ici a été de promouvoir et d’expérimenter le Bois Raméal Fragmenté.

Le Bois Raméal Fragmenté (BRF) est une expression un peu pompeuse inventée par des Québécois pour désigner le broyat obtenu de branches d’arbres encore vertes pour une utilisation agricole. Ce matériau a démontré, dans bien des circonstances, une capacité exceptionnelle à rendre leur fertilité aux sols, à condition d’être utilisé correctement.

Pour faire du BRF, on passe des branches de faible diamètre dans un broyeur, et on se dépêche de l’épandre, avant éventuellement de l’incorporer au sol qu’on veut améliorer. Les organismes vivants du sol sont alors considérablement stimulés par ce matériau à décomposer, la structure du sol est améliorée, il retient mieux les nutriments, les laisse plus disponibles, l’eau s’infiltre mieux et est stockée en plus grande quantité. Les plantes qui y poussent sont plus résistantes, leur système racinaire est plus développé, leur productivité est accrue.

L’idée nous semblait particulièrement bonne en Corse, où la quantité de biomasse ligneuse disponible est très grande, et, mieux, où la biomasse effectivement coupée et perdue chaque année est énorme dans le cadre des débroussaillements contre les incendies. Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

7 novembre 2009 at 23:44

Idée n°8 : cesser le feu

with 5 comments

La nouvelle est tombée ce matin : les deux incendiaires de Calenzana ont été condamnés à 3 ans de prison ferme. La commune et un certain nombre de citoyens s’étaient portés partie civile dans l’affaire. Il est révolu, le temps où des élus intervenaient pour prendre la défense des pyromanes. Loin de moi l’idée de me réjouir qu’on ait mis des humains en prison, mais au moins le signal est clair : on n’est plus impunément incendiaire en Corse.

Dans les argumentaires entendus ce matin, soulignant la gravité des faits, il y a bien entendu la mise en danger d’autrui, mais aussi celui-ci : à Calenzana, départ du GR20, des touristes pourraient renoncer à leur randonnée s’ils apprenaient qu’il y a eu des incendies dans le secteur. De la destruction de la faune, de la flore, des sols, rien. Le touriste semble être désormais la seule espèce vraiment protégée par ici. Du moins lorsqu’il s’agit d’argumenter de la gravité des faits, c’est l’aspect économique qui semble le seul à même de convaincre.

Nous sommes dans un monde où, si vous voulez plaider que c’est mal d’allumer des incendies, il vous faudra démontrer que cela peut avoir un impact économique négatif. La Balagne a pu brûler et rebrûler, des pompiers professionnels, volontaires ou bénévoles ont pu y perdre leur vie, personne n’a jamais réussi à mobiliser sérieusement contre cet état de fait. Mais on réalise soudain que ça pourrait rebuter le touriste, tout ce noir, et là, la rigolade est finie.

Pourtant, le principal problème à long terme des incendies n’est pas son impact sur la psychologie des juilletistes, mais bien celui sur l’environnement, à commencer par les sols. Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

14 octobre 2009 at 17:02

Publié dans Réflexions techniques

Tagged with , ,

Idée n°7 : retrouver le Sens de l’Humus

with 2 comments

Nous avons appris beaucoup de choses durant les trois premières années du projet Le Sens de l’Humus. Nous avons créé cette association en 2006, avec pour ambition principale de connaître mieux les méthodes d’agriculture respectueuses des écosystèmes, des sols et des humains. Mais nous n’avons pas fait que nous soucier d’agroécologie. Nous avons expérimenté aussi d’autres manières  de gérer les rapports au sein d’un groupe. Au Sens de l’Humus, personne n’est chef, et même si, pour simplifier nos rapports avec les administrations, nous avions choisi de conserver un président et un trésorier, nous n’avons longtemps même pas eu de bureau complet, et jamais de conseil d’administration. Toutes les décisions se prenaient en réunion générale, et presque toujours au consensus. Lire le reste de cette entrée »

Written by fabien

12 octobre 2009 at 11:11

Publié dans Sans classement fixe

Tagged with , ,